Intégrer l’économie circulaire au travail

Comment intégrer l'économie circulaire en entreprise ?

Aujourd’hui si tout le monde vivait comme des Français, il faudrait l’équivalent de 2,9 planètes pour vivre comme on vit aujourd’hui.

Alors, comment agir alors chacun à son échelle pour transformer notre environnement pour aller vers une société durable ? Comment intégrer l’économie circulaire au travail ?

 

« Nous sommes tous acteurs de l’économie circulaire » dit Alexa Simonin, fondatrice de BonaGive qui parle économie circulaire et propositions d’actions pour les entreprises et leurs salariés dans le podcast AZZZAP animé par Alexandre Zermati.

Les limites du système linéaire

Depuis la révolution industrielle, notre modèle est principalement linéaire. Il se décompose en 4 étapes : extraction, fabrication & distribution, consommation et fin de vie.

schéma économie circulaire un modèle linéaire : extracftion, fabrication, distribution, consommation, fin de vie
Source infographie : L'économie circulaire en 10 questions, Edition décembre 2019, ADEME

L’extraction en continue provoque un épuisement des ressources naturelles. La fabrication et la distribution provoquent de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre. En fin de cycle, on se retrouve avec trop de déchets à traiter. 

Donc comme dit avant, on atteint aujourd’hui tout simplement les limites physiques de ce que la planète peut nous offrir à nous, êtres humains.

 

Aujourd’hui il est donc nécessaire de modèle changer de modèle en limitant notre consommation, en utilisant moins de ressources, en réutilisant et recyclant ce qui peut l’être, en arrêtant de produire pour jeter.

Et c’est là tout l’esprit de l’économie dite circulaire.

 

L’économie circulaire, un modèle vertueux

Une des différences fondamentales avec l’économie linéaire est autour de la notion de déchet qui doit être systématiquement vu comme une ressource. C’est donc une nouvelle façon de produire et de consommer.

Pour l’ADEME (l’Agence nationale de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) l’économie circulaire est « un système économique d’échange et de production qui vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer notre impact sur l’environnement. »

économie circulaire, un modèle vertueux : la notion de déchets doit être vue comme une ressource, nouvelle façon de produire et de consommer. pratiquer l'économie circulaire en entreprise
Source infographie : L’économie circulaire en 10 questions, Edition décembre 2019, ADEME

Enjeux pour les entreprises

Les entreprises sont aujourd’hui confrontées à plusieurs enjeux qui les obligent à se transformer.

 

Premièrement c’est clairement une demande clients : les consommateurs ne veulent plus subir l’obsolescence programmée des biens qu’ils achètent et ils attendent de la transparence de la part des marques.

 

C’est également une demande des salariés qui veulent travailler dans des entreprises vertueuses. Aller vers un modèle circulaire est clairement un moyen pour fidéliser les salariés et attirer les talents à venir. Indirectement ça valorise la marque employeur.

 

Côté législatif, on a déjà la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) du 10 février 2020 qui va par exemple agir contre l’obsolescence programmée ou pour sortir du tout jetable.

 

On commence également à entendre parler de la taxonomie verte. Pour parvenir à la neutralité carbone en 2050, la commission européenne a défini des critères qui vont permettre de flécher les investissements vers les activités dites vertes. La transition vers une économie circulaire est un des critères.

 

Enfin de manière plus générale parce qu’aujourd’hui les entreprises sont responsables de leurs impacts envers la société. C’est ce qu’on appelle la RSE.

Les exemples de business basés sur l’économie circulaire.

Les entreprises peuvent mettre en pratique l’économie circulaire de multiples façons et proposer des nouveaux modèles innovants.

  • L’économie de fonctionnalité

Réduire d’abord ou comment vendre un usage plutôt qu’un produit. C’est ce qu’on appelle l’économie de la fonctionnalité. C’est ce qu’entreprend Michelin à travers une vraie économie de fonctionnalité et ses pneus au kilomètre. De nouveaux business model innovants se créent ainsi.

 

  • L’allongement de la durée d’usage.

Par la promesse du Seb qui a fait son succès est de proposer des produits de qualité, qui durent et garantis 10 ans. Ceci est clairement une stratégie à l’opposé de l’obsolescence programmée dont ne veulent plus les consommateurs et qui permettent d’éviter d’extraire des ressources par l’allongement de la durée d’usage des biens de consommation.

 

  • La réparation

C’est proposer une alternative au « tout jetable ». Prenons par exemple cette initiative venue tout droit du Pays-Bas et qui se répand en France et dans le monde : c’est le repair café. Son principe est simple : créer des lieux consacrés à la réparation d’objets entre des personnes vivant ou fréquentant le même endroit. En se regroupant de façon périodique dans un lieu choisi, le repair café renforce la cohésion sociale entre les habitants, réduit les déchets et préserve un vrai savoir-faire. On pourrait très bien imaginer des repairs cafés entre salariés au sein des entreprises.

 

  • Le recyclage des matières premières

C’est souvent ce que l’on associe en premier à l’économie circulaire : réutiliser des matériaux pour des autres usages. Par exemple on recycle des bouteilles plastiques pour les transformer en pull ou en collants.

 

  • Le reconditionnement

On le confond souvent avec le marché d’occasion mais ce n’est pas la même chose. Le reconditionnement consiste à remettre à neuf des objets usagés.

On parle beaucoup de téléphone ou matériel informatique reconditionnés mais ça existe déjà par exemple pour les moteurs dans l’automobile. Les entreprises automobiles les remettent à neufs en changeant par exemple les pièces d’usure ou celles abimées et les revendent ensuite comme pièce de rechange avec la mention « remis à neuf ».

 

  • L’éco-conception

Cette méthode vise, dès la conception d’un procédé, d’un bien ou d’un service, à prendre en compte l’ensemble du cycle de vie en minimisant les impacts environnementaux. Pour les identifier on utilise un outil qui s’appelle l’ACV qui est l’analyse du cycle de vie.

 

  • L’écologie industrielle

L’écologie industrielle et territoriale, dénommée aussi symbiose industrielle, constitue un mode d’organisation interentreprises par des échanges de flux ou une mutualisation de besoins.

 

Que peut-on faire ?

Il y a trois acteurs :

  • –  Les entreprises
  • –  L’état
  • –  Les citoyens
 
 
Aujourd’hui un Français est à 10 tonnes d’empreinte CO2 eq par an. Pour respecter les accords de Paris et arriver à la neutralité carbone, nous devrons émettre seulement 2 tonnes. Or 20% de cet effort peut être fait par les citoyens.

BonaGive : Devenir un salarié acteur de l’économie circulaire

BonaGive, c’est une application mobile qui permet aux salariés de se donner ou prêter sur leur lieu de travail ce qu’ils ont en trop ou utilisent peu.

Applucation BonaGive - fil d'actualités : en utilisant l'application BonaGive, on devient acteur de l'économie circulaire en entreprise.

Besoin d’un appareil à raclette pour le week-end prochain, soit on va en acheter un, soit on poste une annonce et on l’emprunte à une collègue de l’étage du dessous.

 

 

Trop de cerises sur l’arbre cette année ? Des jouets d’enfants que vos ados n’utilisent plus ? La solution est simple : on poste une annonce sur l’appli BonaGive.

 

 

En termes d’empreinte carbone, on estime aujourd’hui de notre retour d’expérience, qu’en moyenne, chaque annonce postée sur l’appli permet d’économiser environ 20 kg de CO2. Cela correspond quasiment au CO2 absorbé par un arbre en un an !

 

 

Pour résumer BonaGive, c’est pratiquer simplement l’économie circulaire au travail entre collègues et réduire notre impact CO2 au quotidien.

L’économie circulaire est clairement une solution pour transiter vers une société durable et soutenable. Les entreprises ont tout intérêt à l’intégrer dès aujourd’hui dans leur réflexion stratégique pour rester innovantes et performantes dans les années qui arrivent. BonaGive est un moyen pour elles d’embarquer leurs collaborateurs dans cette transformation en les rendant acteurs au quotidien.

 

Vous pouvez en savoir plus sur ce sujet en écoutant le Podcast AZZZAP d’Alexa Simonin : « Comment devenir acteur de l’économie circulaire ? »

+ Pour aller plus loin

 

Si le concept BonaGive vous plait et que vous voulez en savoir plus sur ce que l’application BonaGive pourrait apporter à votre organisation, réservez tout simplement votre créneau pour une démonstration interactive et personnalisée.

Retour haut de page